Posté par jp le 8 mars 2014 dans Divers

Lettre à Eyo

Lettre à Eyo,

Toi qui vient des tréfonds,
que ta pulsion de vie a sauvé des latrines
dans lesquelles un être désespéré t’avait abandonné,
toi qui porte dès ta naissance le virus de l’amour
et le stigmate de la maladie possible,
je t’écris cette lettre
que peut-être
tu ne recevras jamais.
Du désespoir dans lequel nous plonge le monde,
de ces lumières qui surgissent tellement inatendues
comment dépasser la sauvagerie
qui semble conduire l’humanité
qui porte si mal son nom ?
Comme si l’universel
s’accommodant des actes les plus vils,
prenait un malin plaisir à nous interroger,
à nous interpeler,
à nous défier face à nos bonnes intentions
que nous savons si bien déclamer,
et si peu appliquer …

toi qui te bats,
qui souffre,
comme tant d’autre meurent,
affamés, torturés,
par ce qu’ils sont différents,

Eyo
comment te glisseras-tu
dans cette impossible humanité
queUe sera ton errance ?
Toi qui pense à un nouveau toit
Toi qui rêve de retrouver un moi
Tu erres au milieu d’une foule
En déshérence, abandonné comme la houle
A la recherche d’un regard ou d’une pièce
Dans cette multitude qui taille en pièce
Qui juge et qui méprise,
Sans aucun espoir de surprise
Tu essayes
Rieuse au bonheur de chacun
Aimante de tous et parsemant son parfum
L’espoir Eyo, car espoir il y a,
c’est de la jeunesse qu’il viendra
comme la goutte qui s’écoule
faisant corps avec la pierre qui roule
transformant des mondes stigmatisés
en torrent de solidarité
Et si les tous enfants du monde naissaient libres et égaux
en dignité et en droits
et si tous les êtres humains agissaient réellement les uns
envers les autres dans un esprit de fraternité …

Eyo

 

 

 


Partagez l'article


Nous dansons , Nous chantons, Le plaisir de partager notre passion, Nous sommes des passeurs d'humanité